Extrait du discours de lancement de campagne

17/10/2019 - Salle Anatole France

Bien-être des Bergeracois

Notre troisième objectif est le bien être au quotidien des Bergeracois

  • D’abord la santé, un sujet qui nous préoccupe tous et à juste titre au quotidien,
    • Sur la médecine généraliste, il n’y a pas de concurrence entre les médecins libéraux et le Centre Municipal de Santé que nous avons créé. On ne peut que se réjouir des nouvelles installations de médecins libéraux, mais si le besoin se fait sentir nous recruterons de nouveaux médecins salariés. Le Centre Municipal de Santé tant critiqué par certains…, mais si utile pour beaucoup de nos concitoyens : plus de 2 000 patients, près de 40 000 actes de médecine générale.
    • En ce qui concerne l’hôpital, nous devrons renforcer les moyens par le rapprochement clinique/hôpital. Nous soutiendrons ce rapprochement pour que les équipements soient pleinement utilisés. Nous soutiendrons ce rapprochement pour permettre de redistribuer les fonctions entre eux et, pourquoi pas, proposer que le site de l’hôpital, grâce à ses équipements modernes, accueille l’ensemble de la chirurgie, et que celui de la clinique accueille d’autres fonctions, notamment le service d’unité de soin de longue durée. Nous n’accepterons pas de perdre des plateaux techniques de l’ensemble hospitalier de Bergerac, hôpital et clinique de proximité. Nous demanderons que dans le plan national « Ma santé 2022 », l’organisation, la proximité, la complémentarité soient examinées à l’échelle du bassin de vie. Sur les urgences, il ne suffit pas de dire qu’il y a trop de personnes qui vont aux urgences pour des situations qui ne le justifient pas. Il faut proposer aux Bergeracois un accès à des soins sans rendez-vous pour que les urgences retrouvent ce pourquoi elles existent et qu’elles cessent d’être pour beaucoup le seul recours. Nous encouragerons les initiatives des médecins libéraux sur cette mise en place, tout en demandant plus de moyens financiers à l’État pour le recrutement au sein de l’hôpital de Bergerac. Notre volonté sera forte pour promouvoir le territoire est ainsi envisager l’installation de spécialistes : cardiologues, gynécologues, dentistes...
    • Notre engagement est clair : l’accès à la santé pour tous, l’engagement qu’il n’y aura pas de laissés pour compte.
  • Ensuite la sécurité : il n’y a pas de liberté si on se sent en insécurité. Mais il ne faut pas instrumentaliser ce sujet qui exige d'être traité sérieusement.
    • Sur l’installation de caméras, vous allez tout entendre dans cette campagne et si le débat sur la vidéo surveillance est légitime dans des endroits sensibles, il n’en faut pas moins respecter les libertés publiques.
      Nous rappelons que pour l’implantation de caméras, la commune doit réaliser un audit de sécurité par la police nationale, obtenir le feu vert du préfet, détailler le dispositif envisagé, la technologie utilisée, l’emplacement, leur orientation…
      Quel candidat aujourd’hui nous donne ces détails ?
      D’un côté, un candidat qui vit dans le monde des bisounours, où tout va bien et annonce qu’il n’installera pas de caméra : sûrement pour s’assurer l’accord avec EELV et la présence de trois militants verts sur sa liste qui sont opposés aux caméras et opposés à la police municipale.
      De l’autre côté, un candidat qui n’a pas souhaité pendant 6 ans donner plus de moyens financiers au service de la ville, mais qui annonce l’installation de caméras partout, des moyens supplémentaires à la police et une hausse des effectifs : sûrement par ces propos démagogiques cherche-t ’il un électorat.
      Ceux qui vous disent qu’ils n’installeront pas de caméras vous mentent car ils l’ont déjà fait ! Ceux qui vous disent qu’ils mettront des cameras partout vous mentent car ils ne pourront contenter tout le monde faute de moyens financiers.
      Notre équipe préfère les propositions pragmatiques. Nous pensons que l’installation sur des lieux sensibles ou pour assurer la protection de bâtiments publics est légitime. Que l’installation doit se faire le plus souvent à l’intérieur des locaux, et le moins possible sur la rue. Et qu’il faut un travail de concertation avec la Police nationale afin de répondre favorablement à leur demande d’installation de caméras aux entrées de ville. Nous renforcerons la police de proximité qui patrouille dans les rues.
    • Nous devrons développer les moyens de la Police municipale. Pour assurer la sécurité notamment routière, nous souhaitons équiper la police municipale de motos performantes afin de répondre au plus vite aux demandes et sur des missions de prévention, de médiation et de répression.
    • J’ai évoqué précédemment la police nationale puis la police municipale, nous devons renforcer la coopération PM/PN. En tant que Maire je convoquerai le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance régulièrement, afin d’avoir autour de la table l’Etat, les forces de polices et le parquet. Nous pourrons ainsi nous concerter et prioriser la lutte contre l’insécurité et les trafics.
    • La sécurité n’a pas de prix. Si l’efficacité de l’intervention des pompiers n’est plus à démontrer, elle ne sera que renforcée lorsque le projet de nouvelle caserne, plus moderne et plus adaptée, verra le jour au lieudit Les Sardines. J’ai rencontré les pompiers dans leur mouvement de grève. Si certaines revendications ne peuvent être réglées qu’au niveau national, d’autres sont de notre ressort. Comme je l’ai fait lors du vote du budget 2015 où un amendement au budget de la ville pour financer la caserne a été voté, je ne refuserai pas qu’on puisse augmenter le montant du contingent incendie, c’est à dire la part des communes dans le budget du SDIS, à la condition que cette recette supplémentaire soit dédiée à augmenter les effectifs.
  • Concernant la gestion des déchets et la propreté
    • Nous serons vigilants sur les moyens mis en place pour le ramassage des déchets. Nous voulons parler des points d’apport collectif. Nous savons que c’est une idée qui est en réflexion sur plusieurs territoires et nous sommes très prudents sur sa généralisation. Nous souhaitons conserver autant que possible, le ramassage de porte à porte : c’est un service public, il est important de laisser à nos concitoyens, notamment les plus âgés, cette facilité. En revanche nous devons avancer sur le tri sélectif. C’est pourquoi nous souhaitons qu’une 2ème déchetterie ouvre sur Bergerac, plus précisément sur la rive gauche. La Taxe d’enlèvement des ordures ménagères coûte cher à tous, donc nous devons exiger une meilleure gestion du service public. Dans le même esprit, nous souhaitons nous donner l’objectif zéro déchet en accompagnant et en développant les initiatives individuelles telles que le compostage et apprendre à réduire le volume des emballages.
    • Sur la propreté de l’espace public, nous savons que son non-respect est le résultat de l’incivilité de certains. Nous prendrons un arrêté obligeant tous les propriétaires de chiens à avoir un sac pour les déjections canines, sous peine d’amende. Les sacs seront gratuits et disponibles en mairie. Nous ferons des investissements sur le mobilier urbain, poubelles, colonnes à mégots de cigarettes en nombre important. Nous créerons une brigade de ramassage des encombrants, gratuite pour tous, afin de limiter les dépôts sauvages. Nous prendrons des sanctions pour tous les contrevenants.
  • Enfin le changement climatique
    • Parler de l’environnement exige de penser notre relation à la nature. Parler de l’environnement impose de s’interroger sur notre mode de consommation et notre mode de vie. L’enjeu environnemental ne doit pas être une menace, mais au contraire une formidable opportunité. Bergerac doit devenir une ville précurseur sur la transition énergétique.
    • D’abord en développant nos espaces verts, la voie verte, la coulée verte du Caudeau et les liens entre elles. Ensuite continuer à développer ce merveilleux parc de Pombonne par l’acquisition de terrains pour aménager de nouveaux espaces naturels et boisés pour le bien-être de tous.
    • J’ose l’appeler le poumon vert de Bergerac ! Nous devrons sur la rive gauche réaliser un poumon vert !
    • Les citoyens Bergeracois sont de plus en plus nombreux à pratiquer le vélo. Afin de sécuriser les déplacements nous aménagerons des pistes cyclables adaptées. Et si nous partagions la rue ? Un périmètre défini où la voiture, le vélo et le piéton partageraient l’espace en toute sécurité. Nous souhaitons poser la question, ouvrir le débat à travers un référendum local dès les élections municipales passées.
    • Nous voulons poursuivre nos efforts sur les économies d’énergie : avec des travaux importants sur les bâtiments publics et l’accompagnement des habitants pour les travaux dans les logements.
    • Pour nous, la question de l’eau est une priorité : nous parlons des inondations et des eaux pluviales. Présent au petit matin le 6 juin 2018 dans le quartier sinistré du Tounet, j’ai été touché par la détresse des habitants. Nous sommes très sensibilisés sur ce sujet. C’est une compétence partagée au sein de la CAB. Nous nous félicitons du travail déjà engagé et nous veillerons aux aménagements nécessaires pour ne plus vivre une telle catastrophe.
    • Après l’eau, l’importance donnée aux espaces verts. Nous avons fait beaucoup, et nous entendons le discours des concitoyens et l’émotion suscitée par l'abattage des arbres. La commission de l’arbre sera plus active, un bilan sur les arrachages et les plantations sera réalisé et publié chaque année. Nous ne supprimerons aucun arbre sauf en cas de sécurité. Les aménagements futurs ne devront pas remettre en cause les arbres.
    • Ensuite, la présence du moustique tigre à Bergerac. Il s’est invité sur nos terrasses tout l’été : impossible de l’oublier, il est dans toutes les conversations. Pour pallier sa prolifération, il convient d’adopter des réflexes simples de la part de chacun d’entre nous puisque celui-ci niche dans les eaux stagnantes. Nous continuerons l’accompagnement des habitants afin de réduire sa prolifération.
    • Enfin nous souhaitons promouvoir et augmenter en nombre le permis de végétaliser : c’est-à-dire la mise à disposition de terrains de la ville pour renforcer la végétalisation. Nous soutiendrons les initiatives de chacun.